20 mai 2022

Près d’un millier de militaires portugais participent à une enquête du Synode

Europe
Format: Texts & Image
Type: Consultation Method, Synod Events
Organisation: Archdiocese / Diocese

Les militaires des Forces Armées et de la Sécurité Diocèse du Portugal / Ordinariat de Castrense souhaitent que les aumôniers développent un travail plus “quotidien” et pas seulement dans des « missions de service ». Une autre des demandes des presque mille militaires qui ont répondu à l’enquête synodale promue par ce diocèse était « l’accueil de tous », en évitant « l’arrogance, l’indifférence et la hiérarchisation de l’Église ».

Le Diocèse des Forces Armées et de Sécurité du Portugal a mené cette enquête en réponse à la demande de participation du Pape François. « Ainsi, nous aussi, en tant qu’Église, bien que dans un environnement très spécifique, comme celui des Forces armées et de sécurité, nous avons voulu contribuer à la compréhension de ce dialogue et de cette réflexion en écoutant et en accueillant les impressions, les témoignages et les données sur l’essentialité de l’Église, en communion, en participation et en mission », déclare le major Leonel Castro, coordinateur de l’équipe synodale, à la Commission pour la communication du Synode des évêques.

L’équipe synodale du diocèse des forces armées et de sécurité a lancé l’enquête en février. Près de 1 000 militaires y ont participé. « Dans un environnement aussi hétérogène que le nôtre, avec une grande diversité d’opinions et d’expériences à différents niveaux sociaux et culturels, mon évaluation de ce travail est très positive, et cela se traduit par la contribution que 958 militaires ont apportée en participant à la réflexion et à l’étude », conclut Leonel Castro.

Castro souligne que les enquêtes ont été remplies en majorité par « les secteurs de l’armée de l’air, et la tranche d’âge la plus représentative se situe entre 36 et 50 ans, avec un taux de réponse majoritairement masculin ».

Les résultats « expriment la nécessité de rajeunir le groupe des participants aux activités d’aumônerie », l’importance de « l’accueil de tous, indépendamment de leur identité » et, en termes de formation humaine, « l’importance de réaliser des formations, des activités de volontariat et d’autres événements importants pour créer un esprit de solidarité ».

Les conclusions présentées, également portées à la connaissance des médias portugais, parlent d’une « désillusion implicite » quant au « rôle de l’Église aujourd’hui dans la société », de « scandales » qui « alimentent cette désillusion », et d’une « apathie de la communauté militaire, avec un grand nombre de membres non pratiquants, sans participation aux sacrements ».

Mgr Rui Valério, évêque du diocèse des forces armées et de la sécurité du Portugal, donne également son avis sur l’enquête, dont les résultats sont disponibles dans leur intégralité sur le site officiel : « On peut dire, en guise de partage, que si d’une part nous avons constaté chez les gens une soif de participer – un désir qui se retrouve même chez des personnes éloignées d’une vie chrétienne active – d’autre part – aspect pertinent – il y a eu un processus de motivation en chaîne, c’est-à-dire que ceux qui ont participé ont ensuite motivé d’autres personnes à faire de même. Et c’était beau à voir, parce que c’est en soi un acte synodal très profond, parce que c’était au niveau de la motivation ; et aujourd’hui il est si important que nous soyons capables de répandre notre joie et de générer de la joie, de répandre notre motivation et de générer de la motivation, de répandre notre foi et d’aider nos frères et sœurs à adhérer au Christ. C’est ça, marcher ensemble ».

L’évêque portugais a également replacé dans son contexte historique le respect que les militaires ont pour l’Église dans ce pays. « Dans le cas du Portugal, en particulier, depuis l’origine de la nation, la présence de l’Église dans les forces armées est pacifique et consolidée. L’Église est pertinente dans la sphère militaire et, à ce titre, tout ce qui la concerne, concerne également les forces armées. Il y a, en fait, une relation de respect et de considération, je dirais même de famille, qui explique cet intérêt ».

Les résultats, en portugais